Les Deuxluxes, un rock garage débridé

Deuxluxes, groupe tout droit sorti des années 60, fait cracher ses « ampli’ » avec une fougue sans égale. Anna Frances Meyer et Etienne Barry offre un rock puissamment abouti, sulfureux et survolté.

Ce duo, personnifiant toute une époque, électrise autant leurs mélodies que le public, révélant toute la richesse de leurs compositions, tant au niveau acoustique que lyrique. Les riffs sont lourds et saccadés. L’atmosphère est céleste, soumise à un filtre psychotique violacé. La langue anglaise se mêlant subtilement au caractère francophone de certains morceaux (Vacances Everest et Linsistance) nous pousse aussi à mesurer toute l’ampleur de ces titres.

Suite à leur premier album, Springtime Devil, incarnant toute leur originalité, leur petit dernier sort cette année, Lighter Fluid. Ce dernier enregistré entièrement dans une abbaye du 19ème siècle, nous dévoile une harmonie très rock’n roll teinté de « Lighter Fluid » et de sonorités hallucinogènes, repoussant les limites de leur musicalité, déjà si truculente !

Se fondant sur une approche plus psychédélique, la sauvagerie de leur rock garage est encore au rendez-vous (No Way). Deux reprise des Stooges, Down on the Street et Loose, fusionne en un seul et même morceau : le résultat est des plus fulminant !

Une touche plus folk, se fait sentir dans I am the Man, qui se combine parfaitement avec l’ambiance : le bottleneck est de sortie !

En bref, c’est une véritable ambivalence sonore entre un aspect novateur et old school : vous n’en serez pas déçu !

🖊 Florentin Courillon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram