Gasoline, des décibels de poésie

Fondé en Janvier 2019, Gasoline joue un Garage aux racines très sixties et seventies. Influences américaines et britanniques sont au cœur des sonorités de ce duo parisien. Thomas Baignères, la guitare et la voix du groupe, est un électron libre. Chanteur et poète, il s’est fait connaître via LeSpark, Les Darlings ou encore le groupe londonien Flare Voyant. Théo Gosselin l’accompagne à la batterie, jouant lui aussi dans différents groupes depuis une quinzaine d’années.

Plus qu’une musicalité, ou un style  incarnant les influences du groupe, c’est une véritable atmosphère que crée ce duo du bouillonnant quartier de Pigalle. En concert, l’ambiance est là : entre intimité, communion, et ardeur, cette exaltation scénique vous transportera dans les méandres d’un rock franc et intransigeant. Les deux trublions ne tergiversent pas ; Standing On Fire, ils démontrent  l’ampleur de leur talent avec intensité et audace.

Les riffs puissants et la saturation donnent toute l’envergure de leurs indomptables compositions (Nights and days). La batterie, résonne et tonne sans demi-mesure, transmettant au publique une fougue authentique. Ce côté garage, les racines très british de ces aubades, tendent à nous rappeler les plus rudes morceaux des Kinks.

Cette voix, et cette chevelure CQFD, à la Jim Morrison (la voix principale du mythique groupe The Doors) conciliant clarté et force prends parfois des accents plus rudes, et ponctue ainsi à merveille la mélodie déjà si endiablée. Le chant nous frappe par  son ambivalence, entre saveur du rock de la fin des sixties et ferveur poétique, consacrant un arrière-goût psychédélique.

La reprise du groupe Them, Gloria, que s’est aussi réappropriée le quatuor énoncé précédemment (The Doors), incarne parfaitement ce syncrétisme musical. Avec I’ll be yours, nous faisons le tour ce de cette harmonie simple mais terriblement efficace : cette  balade sentimentale se conclue par une envolée psychédélique et électrique, traduisant la richesse de ces sonorités pourtant canoniques.

🖊 Florentin Courillon

 

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Follow by Email
Facebook
Facebook
Instagram